Jean-francois CHEMAIN - Tarek Une chance pour la francePar Nicolas Vidal - Diplômé de Sciences po Paris, agrégé, docteur en Histoire et professeur dans un collège de la banlieue lyonnaise, Jean-François Chemain vient de publier un livre témoignage « Tarek, une chance pour la France ?» (éditions Via Romana).  Le propos suscite de nombreuses interrogations sur notre système scolaire confronté aux problèmes d’intégration racontés par un professeur qui vit cette école au quotidien. Jean-François Chemain signe une vision brute mais teintée d’espoir pour l’avenir.

 

Vous avez pris le parti de découper votre livre en 7 chapitres. Etait-ce plus facile pour aborder l’ensemble des sujets qui vous tenaient à coeur ?
J’ai rédigé ce livre un peu comme un crescendo, une échelle qu’on monte, ou un tunnel dont on finit enfin par sortir… Il y a bien des raisons de s’inquiéter à propos de Tarek, de douter qu’on puisse en faire un jour quelque chose. Et pourtant on finit brusquement par découvrir (il faut attendre le 6ème chapitre ) que tout est en fait possible, car Tarek est une pâte de sentiments. C’est en faisant appel à son cœur qu’on peut le faire évoluer. Les Lumières nous ont habitué à croire que tout doit passer par la raison, or la raison de Tarek ne peut être touchée que si l’on passe d’abord par son cœur. Tout ce qu’on essaye de lui enseigner par un autre chemin suscite son incompréhension, son rejet, sa colère, sa violence.


Pourquoi avoir choisi d’enseigner l’histoire en 2006 en ZEP ? Quel a été l’élément déclencheur de cette vocation à la pédagogie et à l’apprentissage ?
Cela faisait des années – depuis le collège précisément, où j’étais dans l’un des premiers établissements de l’agglomération lyonnaise qui ressemblait à celui où j’enseigne – que j’étais obsédé par le défi que lancent à notre pays des jeunes qui ne se reconnaissent pas en lui. J’aurais pu me contenter de faire de grands discours politiques, mais d’abord je ne crois pas à leur efficacité, ensuite certains heurtent mes convictions. Alors que faire concrètement ? Je me sentais de plus en plus mal dans mon métier, confortable, bien rémunéré, mais qui me paraissait très en décalage avec ce que je portais au fond de moi. Comment faire pour amener ces jeunes à la France et à ses valeurs républicaines, qui sont ce dans quoi ils seront amenés à vivre toute leur vie ? Comment les amener à être les concitoyens apaisés de mes enfants ? J’ai demandé conseil, cherché des signes… Peu à peu il m’est apparu clairement que j’allais tenter ma chance comme enseignant d’Histoire. J’ai passé une agrégation et soutenu une thèse, tout en me disant que j’irais enseigner là où je serais nommé, en le prenant comme la volonté de la Providence. Ça a bien sûr été la ZEP. Une manière de faire de la politique autrement, puisque j’ai toujours eu le sentiment que mon engagement était citoyen. Il n’y eut pas à proprement parler d’élément déclencheur, mais plutôt l’effet d’une inexorable marée montante en moi.

 

" J’étais obsédé par le défi que lancent à notre paysdes jeunes qui ne se reconnaissent pas en lui"

 

Si vous deviez définir en quelques mots le portrait de Tarek pour le présenter à nos lecteurs ?
Tarek est un collégien d’origine algérienne, né en France, de confession musulmane (sans excès), vivant dans une cité qui ressemble à un ghetto. C’est un « beau gosse » macho, qui aime bien jouer le boute-en-train de la classe. Voulant exercer le métier de carrossier, il a horreur du collège, qu’il vit comme une prison. Il est en permanence tiraillé entre les pressions communautaires, vis-à-vis desquelles il parvient à prendre un certain recul (grâce notamment à son humour), et l’intérêt pour la France, à travers notamment une complicité qui se noue au fil du temps avec son professeur d’Histoire (moi en l’occurrence).  

Vous évoquez la dichotomie de Tarek entre le fait d’être de confession musulmane et de se sentir français. Sur quoi repose-t-elle selon vous ?
En 10 ans d’enseignement dans ce collège, j’ai mainte fois pu constaté que nombre d’élèves font une confusion entre nationalité et religion. Pour eux, si on est « français » on est « chrétien », donc si on est musulman on ne peut être français. Cela repose d’abord sur le fait que l’islam se veut à la fois une religion et un système politique, il ne connaît pas la laïcité, qui est un principe d’origine chrétienne, fondé sur le « rendez à César ». Dès lors, et ensuite, ce n’est pas totalement faux, puisque le christianisme a produit dans notre pays une anthropologie dont même les athées les plus convaincus sont imprégnés malgré qu’ils en aient… Un exemple permettra de me faire comprendre : le judaïsme et l’islam ont des interdits alimentaires, concernant notamment le porc, alors que le christianisme n’en a volontairement aucun, car l’Évangile les rejette expressément (Matthieu 15, 11). Nous considérons que manger de tout est neutre, alors que pour un juif, ou un musulman, c’est chrétien. A la limite, dire que le porc est une nourriture « confessionnelle » ne serait pas aussi absurde qu’il y paraît au premier abord !

 

"Pour bon nombre d'élèves, si on est « français » on est « chrétien », donc si on est musulman, on ne peut être français"

 

« La religion ne se limite pas à la croyance, ou même à la pratique, elle est une sorte de fusée à plusieurs étages dont le fait de croire ne constitue que la tête. Un autre niveau est la pratique, sans lien obligatoire : on peut croire sans pratique, et pratique sans croire. »  Pouvez-vous développer cette idée ?
On met selon moi sous le terme « religion » des manifestations extrêmement différentes de celle-ci. Au « sommet » se trouve la rencontre personnelle, l’expérience mystique, que certains ont pu faire avec Dieu, c’est la foi. Elle les conduit souvent à pratiquer, mais pas forcément : je connais des croyants qui ne pratiquent pas, refusant de donner à leur relation à Dieu un caractère collectif et institutionnel. Je connais en revanche des athées qui pratiquent assidument, l’un pour faire plaisir à sa femme, un autre parce que ça lui semble important pour « l’ordre social ». Et puis, après la foi et la pratique, il peut y avoir le communautarisme : on ne se sent pas particulièrement croyant, ni pratiquant, mais on est mieux dans un quartier dont les habitants ont la même culture religieuse que soi. C’est très net dans le ghetto où j’enseigne : tout le monde, croyant ou non, pratiquant ou non, y est invité à se plier aux pratiques communautaires de la majorité. Même moi ! Au moment du Ramadan, il vaut mieux que les élèves ne me surprennent pas en train de manger un biscuit à la pause, sinon j’ai droit à des remarques ! Enfin on a l’anthropologie : un « chrétien », cela peut très bien être un athée qui se fiche d’habiter dans un quartier à dominante juive, ou musulmane, ou confucianiste, mais qui reste imprégné de certains réflexes issus du christianisme, ce dont il va bien sûr se défendre en clamant que ceux-ci sont « universels » et liés à la « nature humaine » ! Voire ! Prenons par exemple l’universalisme. Quand l’assistante sociale du collège a cherché une solution d’aide urgente pour une famille en difficulté, elle s’est tournée vers des structures confessionnelles d’accueil : les seuls qui n’aient pas conditionné leur aide à la religion des bénéficiaires, ce sont les chrétiens !


tarek une chance pour la france jean francois chemainVous semblez dénoncer l’orientation des programmes scolaires qui proposent une vision de repentance de l’Histoire de France. Comment analysez-vous cette inclinaison en tant qu’enseignant ?
J’y vois d’abord justement une trace de cette anthropologie chrétienne inavouée : si l’on vous frappe sur la joue droite, tendez la joue gauche ! Si l’on vous reproche la colonisation, ajoutez que c’était un crime contre l’Humanité… Et aussi la conséquence de la mainmise, sur les sphères décisionnelles de l’Éducation Nationale de certains courants politiques qui sont, sans le savoir, les héritiers de l’Église d’Ancien Régime. Le terme « clerc », qui signifie d’abord membre du « clergé », a fini par s’étendre aux lettrés, aux intellectuels, qui ont de fait tendance à traquer péchés et pécheurs… Les programmes scolaires me semblent parfois rédigés par les flagellants de Séville : l’esclavage, dont il semble que l’Europe a eu le monopole, la colonisation, apparemment seule forme d’invasion connue dans l’Histoire, la Shoah, dont nous avons été les complices zélés… S’il est juste de reconnaître ce qu’on a fait le mal, il ne l’est pas de laisser croire qu’on est les seuls à l’avoir fait, les seuls coupables de l’Histoire. Surtout quand on a affaire à des jeunes qui ont, eux, et à mon avis anthropologiquement, tendance à se considérer comme d’éternelles victimes.

Quel est alors le rapport de Tarek à l’Histoire de France ?
Eh bien Tarek est tiraillé entre un désintérêt dû à ses origines (ce n’est pas son histoire, ni celle de ses ancêtres, et en plus c’est celle de chrétiens, alors que lui est musulman), la colère face à tous ces crimes que nous avons commis contre les siens, mais aussi l’envie naturelle d’aimer ce pays où il vit et pour lequel ses aïeux ont combattu, à Verdun et Monte-Cassino… Il est déchiré, il peut tomber d’un côté ou de l’autre… Alors il va lui arriver de crier « la France aux Français » un peu par provocation, un peu par cri du cœur, et puis de participer à un chahut où on va dire des horreurs sur la France. En fait, la France, il voudrait qu’on lui apprenne à l’aimer, qu’on lui donne des raisons pour cela. Et il s’attache au professeur qui le fait. La responsabilité de celui-ci est grande, car il doit à la fois transmettre à son élève l’amour et le respect du pays dans lequel il vit, et à la construction duquel il devra participer, et éveiller son esprit critique, pour lui permettre d’exercer son propre jugement. La philosophe Simone Weil, dans L’enracinement, écrivait qu’il fallait donner à la jeunesse la France à aimer, mais en aucun cas à idolâtrer !

« Notre laïcité, pourtant, est déjà désarmée, par la terreur de l’islamophobie. Plutôt capituler que passer pour islamophobe ! Une mauvaise conscience, une culpabilité anthropologique, toutes chrétiennes, minent notre esprit de défense. »  Pouvez-vous nous expliquer cette approche de la terreur dont vous parlez ?
Des incidents liés à la religion peuvent arriver à tout moment en cours, pour un mot maladroit, ou mal compris, et dégénérer très vite, tant les nerfs de certains élèves, et de leurs familles, sont à fleur de peau sur ces questions. Ça frise parfois la paranoïa. L’ampleur que cela peut prendre est imprévisible, on a pu le voir avec certaines affaires qui ont défrayé la chronique. Donc le professeur « serre les fesses » en permanence. Pour ma part, en 10 ans, j’ai eu deux problèmes, toujours complètement imprévisibles. Eh bien chaque fois j’ai eu l’impression de devoir les gérer seul. L’institution a, c’est mon avis, plus peur d’être taxée de « phobie » que de défendre la laïcité en soutenant inconditionnellement les professeurs en cause. Du coup, on s’auto-censure.

 

"Des incidents liés à la religion peuvent arriver à tout moment en cours, pour un mot maladroit, ou mal compris, et dégénérer très vite, tant les nerfs de certains élèves, et de leurs familles, sont à fleur de peau sur ces questions"


Quel est l’état des lieux que vous dressez du corps enseignant dans les ZEP ? Quels sont les sentiments qui prédominent ?
Les enseignants, dans mon établissement en tout cas, sont jeunes (32 ans d’âge moyen), très motivés, très solidaires. Il faut bien se serrer les coudes, car c’est dur. Je ne constate pas, chez la plupart de ces jeunes collègues, de prises de position idéologiques aussi marquées que celles que l‘on pouvait constater dans la génération précédente : la difficulté du métier rend pragmatique, réaliste, on sent bien que ce n’est pas avec de grandes idées et des discours tout faits que l’on pourra s’en sortir. Et puis ce qui me frappe régulièrement, c’est de voir combien ce métier profondément humain ne répond à aucune logique : tel quadragénaire expérimenté et dans la force de l’âge est en permanence chahuté, alors que telle frêle débutante est parfaitement respectée… Comment ça marche ? Mystère. Question d’équation personnelle. On doit revoir ses stéréotypes ! Ça rend très humble.

Vous évoquez également l’épineuse question du principe de réalité sur la sélection scolaire avec les notations. Comment voyez-vous la scolarité future de ces jeunes pour qui «  la bonne note est un droit » ?
Jean-Paul Sartre a dit qu’il ne fallait pas « désespérer Billancourt », eh bien aujourd’hui c’est pareil avec la banlieue. Si je devais noter les copies de Tarek, comme de la grande majorité de mes élèves, avec des critères « normaux », ceux qui m’ont été appliqués au cours de ma scolarité, ou le sont à mes propres enfants dans les établissements de centre-ville qu’ils fréquentent, les notes seraient catastrophiques. On le casserait. Alors on cherche à valoriser tout ce qui peut l’être. Du coup on peut passer pas mal de temps sur une copie, à essayer d’abord de déchiffrer, puis de comprendre ce que l’élève a voulu dire. Parfois il faut lire à haute voix parce qu’en phonétique ça se comprend mieux. Et ça donne lieu à une véritable casuistique. Un exemple véridique : à la question « pourquoi au XVIIe siècle les littoraux atlantiques se développent-ils ? », Tarek a répondu « parce qu’ils sont de plus gros porcs ». Évidemment c’est absurde, et même insultant pour ceux qui y vivent ! Sauf qu’il a voulu dire « parce qu’ils ont des ports plus importants », et donc il a suivi, compris et retenu quelque chose du cours. Je vais lui donner une partie des points, encourageant subjectivement une réponse qui ne vaut rien objectivement. Il va être fier Tarek, et il va se mettre dans la tête, et ses parents aussi, que cette note correspond à son « niveau ». Alors bien sûr on va me dire que c’est à moi de l’aider à progresser, sauf que s’il en est là en 4ème, il faut tout reprendre depuis le début, et que je n’en ai ni la compétence, ni le temps, parce que des élèves comme Tarek j’en ai beaucoup dans la classe. La politique du « pas de redoublement », parce que ça coûte cher et que ça ne sert à rien (c’est vrai), a le mérite de ne pas s’étendre trop longuement sur chaque cas, comme si l’année suivante allait le régler par magie. Et ainsi l’on voit arriver à Bac+3 des élèves qui écrivent à peine moins mal que Tarek. C’est la politique du tas de poussière qu’on glisse sous le tapis. In fine les « clercs » en mal de leçons de morale vont accuser les entreprises de ne pas embaucher les jeunes issus de certains quartiers, comme si c’était à elles, qui arrivent en bout de chaîne, de résoudre un problème qui ne l’a jamais été par l’Éducation Nationale ! Or elles ont pour but de gagner de l’argent, pas de faire du social.

Quel accueil a reçu votre livre dans les médias ?
Il est trop tôt pour en parler à propos de Tarek, qui est sorti en janvier, mais je peux m’appuyer sur l’expérience du précédent livre que j’ai écrit sur mon métier, Kiffe la France (2011). Il a alors été totalement ignoré par la presse main stream, mais s’est assez bien vendu, underground en quelque sorte. J’ai eu bizarrement l’impression qu’énormément de gens le connaissaient : « Ah, c’est vous l’auteur de Kiffe la France ? On me l’a offert pour mon anniversaire ! ». Ce qui fait qu’au lendemain des attentats de janvier 2015, j’ai été harcelé d’appels de la part de ces grands médias, qui tous voulaient avoir mon avis sur les évènements, comme si j’étais la référence obligatoire. Et depuis, à nouveau plus rien.

Et dans le milieu de l’enseignement ?
Là aussi il est un peu tôt pour en parler… Mais j’ai déjà reçu pas mal de lettres, de messages de la part de collègues inconnus qui me disent : « je me suis totalement retrouvé », « j’ai pleuré en vous lisant », « j’aimerais pouvoir échanger avec vous »…  Ça avait déjà été le cas pour Kiffe la France, avec aussi beaucoup de gens qui étaient entrés en relation avec moi pour me demander : « je suis avocat, banquier, cadre d’entreprise…, comment puis-je faire comme vous, me reconvertir, aller enseigner en banlieue ? »… Certains, avec qui je suis resté en relation, sont allés jusqu’au bout. De nombreux collègues de mon établissement, et jusqu’à la direction, ont également apprécié ce que j’avais écrit, ce qui m’a beaucoup touché.


Enfin, Tarek est-il une chance pour la France, Jean-François Chemain ?
Je pense fondamentalement que oui, pour plusieurs raisons. D’abord parce qu’il a bon fond, c’est une âme pure, il n’est pas blasé, il reste idéaliste, sous ses airs crâneurs c’est une « fleur bleue »… C’est ce que j’ai vraiment découvert en ZEP : cette jeunesse, qui nous inquiète tant (et je me mets dans le « nous ») est une énorme ressource pour la France, et pas seulement économique. Elle peut aimer la France, elle peut lui consacrer sa vie, à condition que la France veuille bien se rendre aimable. Et c’est là que je place une deuxième chance : Tarek ne respectera la France qu’autant qu’elle se respectera elle-même. Si elle veut continuer à mourir (« je suis l’empire à la fin de la décadence qui regarde passer les grands barbares blancs »), il lui portera l’estocade finale. Mais si elle veut vivre, il lui apportera son sang neuf. En échange, il attend qu’elle lui donne le meilleur d’elle-même, sa langue, sa culture, ses valeurs et, même – je suis frappé par l’intérêt que de nombreux élèves, Tarek en tête, manifestent pour cette question – qu’elle lui parle de ce christianisme dans lequel elle a baigné pendant des siècles, et qui fonde encore son anthropologie. En fait, Tarek a soif de France, de toute la France, et il ne la rejette qu’autant qu’elle ne se donne pas à lui.

 

«Tarek, une  chance pour le France» de Jean-François Chemain
Editions Via Romana

( Crédit Photo - Droit réservé )

 

OKPAL2

 

Lire aussi dans nos interviews franc-tireurs :

Ingrid Riocreux : un décryptage acerbe de la presse et de son langage

Malika Sorel-Sutter : une voix discordante sur le mal français

Damien Serieyx : l'éditeur iconoclaste des Editions du Toucan

Julia Cagé : "La plupart des médias se sont moqués des électeurs de Donald Trump "

 

 

Commentez l'article

A LA UNE

Emmanuel Petit : l'équipe de France et les états d'âme

Emmanuel Petit : l'équipe de France et les états d'âme

Publication : samedi 16 décembre 2017 08:45

  Par Pascal Baronheid - En clamant son « attachement viscéral à l’équipe de France », Emmanuel Petit rame à contre-courant d’un univers qui désapprouve les états d’âme.

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

Publication : jeudi 14 décembre 2017 15:22

Par Eloise Bouchet - Comment trouver sa place dans un monde qui fait la part belle au profit immédiat au détriment de toute valeur humaniste ? Un monde qui porte aux nues les « winners », ceux qui n’hésitent pas à écraser les autres pour parvenir à leurs fins ?

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer